Nous ne sommes pas séparés !

Fiers de leurs origines, ils acceptent un test ADN !

https://positivr.fr/origines-pays-experience-test-adn-momondo/

 

Publicités

Besoin d’empathie

 

« Ne te contente pas d’agir, sois là ! » Bouddha

La définition au regard de la psychologie est : cette attitude envers autrui caractérisée par un effort de compréhension intellectuelle de l’autre excluant tout entraînement affectif personnel (ce qu’est la sympathie par exemple) et tout jugement moral.
Selon la définition, le contraire de l’empathie est l’apathie: état d’une âme qui n’est susceptible d’aucune émotion, voir nonchalance, indolence.

Selon le sens courant, l’empathie est : la capacité de se mettre à la place d’une autre personne.

Pour la Communication NonViolente, l’empathie est : la capacité d’être avec une autre personne, de lui offrir une présence réelle sans jugement et un espace d’accueil inconditionnel. Il ne s’agit pas de comprendre intellectuellement mais ressentir ce que l’autre est en train de vivre en termes d’émotions et de besoins.
Je tente de focaliser mon attention sur ce qui se passe chez l’autre, quelle que soit sa manière de s’exprimer. Je suis à son écoute et me relie à ce qu’il est en train de vivre sans analyser, interpréter, ni chercher des solutions. J’ai confiance que l’autre trouvera les solutions adaptées à sa situation.

Cela ne signifie pas que je suis d’accord avec ce qu’il exprime !

Les effets:
Voici ce qu’en dit Carl Rogers :
« Lorsque quelqu’un vous entend réellement sans vous juger, sans essayer de vous prendre en charge ni de vous modeler, c’est délectable… Quand on m’a écouté et entendu, je peux redécouvrir mon univers sous un jour nouveau et poursuivre mon chemin. Il est étonnant de voir comme ce qui semblait insoluble se dénoue quand quelqu’un vous écoute. Comme tout ce qui semblait confus peut soudain couler de source quand on est entendu ! »

 

Besoin de reconnaissance

Quelques années en arrière -disons: avant 2012- je ressentais du dépit en voyant mon travail photographique peu diffusé, peu exposé, peu acheté,…
Je pestais contre ce marché de l’art qui consacrait les uns et délaissait les autres et j’avais cette opinion répandue que les dés étaient pipés, que les choix étaient moins dictés par l’appréciation de la qualité du travail que par des motivations commerciales, etc… Bref, si je m’avouais une petite part de responsabilité dans cet état de fait, c’était quand même bien de la faute de ce système si je n’arrivais pas à obtenir cette reconnaissance.
Voilà ce que je me disais et je n’avais pas conscience d’être dans le déni de ma responsabilité.
J’avais besoin de reconnaissance et espérais améliorer ma sécurité matérielle et, au fond, il en allait aussi de l’estime de moi.
Je me sentais démuni et amer tant j’avais besoin d’honnêteté, d’appartenance et de considération.

Mais, cela, je ne le savais pas clairement et n’étais pas capable le formuler…

Heureusement, cela n’émoussais pas mon appétit créatif et j’entamais mon projet sur les limites du département du Gard. J’eus la joie d’intégrer un collectif (FTL) qui se montait en vue de produire un panorama de la France selon des approches artistiques très variées.

P52_D260, St Jean du Gard, Col de St Pierre

Absorbé par mon projet et, simultanément, par la découverte de la CNV, je voyais disparaître mes sentiments de dépit et d’impuissance tant mes besoins d’appartenance, de sens et de reconnaissance se trouvaient comblés par ailleurs. Naturellement, ce qui était lourd devint léger et, naturellement, vint ce que je ne cherchais plus.

Avec France(s) Territoire Liquide (FTL), la Bibliothèque Nationale de France François Mitterrand (BNF) organise une exposition du 24 octobre 2017 au 4 février 2018.
Dans cette vaste exposition collective, seront présentées des tirages de la série « 30 limites » réalisée dans le Gard.
Ces photographies ont aussi été exposées à Medellin au Musée d’Antioquia (février-mai 2017) puis au MAMBO à Bogota (mai-juillet 2017) dans le cadre de l’Année France-Colombie.

Quand je vois cela, je me sens un peu étonné, surtout amusé et très content aussi car, principalement, ce sont mes besoins de conscience et d’évolution qui se trouvent nourris à cet instant.

Et, pour l’équipe de FTL, qui a dépensé beaucoup d’énergie dans ce projet et m’a apporté un grand soutien, j’ai une immense gratitude dans le cœur.

 

Stage à l’IRTS de Montrouge

Du 27 au 29 juin 2017, une équipe de 7 formateurs est intervenue à l’IRTS de Montrouge près de Paris pour initier des étudiants et futurs éducateurs spécialisés.

Un grand merci à Anne-Marie, Guillemette, Jean-Luc, Nathalie, Isabelle et Alexia, mes « collègues », pour le partage, le soutien mutuel, les échanges d’expériences (et d’exercices), un vrai bonheur !


Pour votre entrain malgré la fatigue de fin d’année, votre participation, vos questionnements, la bienveillance que vous avez maintenue tout au long des 3 jours dans la légèreté et l’authenticité… Pour tout cela MERCI !